CԱltԱre / Λctu / ∑conomie

Du pétrole sous l’Acropole ?

C’est un scoop du Parthenon Post : un gisement de pétrole - peut-être immense - aurait été découvert sous la célèbre colline d’Athènes. De quoi renverser la donne pour la Grèce, en pleine crise. Mais l’exploitation de cette mine d’or noir supposerait la démolition du Parthénon…

La découverte de pétrole à Athènes, en pleine crise, pourrait renverser la donne pour le pays.

La découverte de pétrole à Athènes, en pleine crise, pourrait renverser la donne pour le pays.

« Tout est gardé secret défense, sur injonction expresse du Premier ministre Antonis Samaras« , glisse l’archéologue Ougos Psiravrilos, que le Parthenon Post était venu consulter sur un tout autre sujet. Avant d’ajouter, un ton plus bas : « Mais il faut s’attendre à un communiqué officiel dans la semaine. »

L’info est énorme. Ses conséquences incalculables pour tout le pays et même pour l’Europe. M.Psiravrilos nous l’a révélée presque malgré lui, rongé par l’éventuelle disparition du joyau historique qu’est l’Acropole.

Il en a eu connaissance alors qu’il dirigeait des fouilles sur le site du temple d’Athéna Niké. « C’était comme dans les films d’Hollywood. Un coup de pioche, et hop, un grand jet noir, poisseux. Nous étions trempés jusqu’à l’os, mon équipe et moi. J’ai dû me pincer pour ne pas rêver. »

« Hérodote parlait déjà du pétrole dans ses livres »

Sa découverte a immédiatement été reportée en haut lieu. « Je n’ai que des bribes d’information, je ne suis que le découvreur de ce gisement. Je savais déjà que la Grèce comptait reprendre l’exploitation du petit gisement situé au large de Kavala, et qu’Hérodote parlait déjà du pétrole dans ses livres. » L’archéologue continue : « Mais un gisement inexploité et inconnu, sous l’Acropole, au beau milieu de la ville… En plus d’être totalement vierge, il est sans doute immense. »

M.Psiravrilos reste stupéfait par sa découverte : « On m’a demandé le plus grand secret ; je me décide à parler parce que l’annonce officielle est imminente. C’est une période de crise, il faudra s’attendre à une véritable embellie, à un émoi populaire. »

« Ce miracle est peut-être aussi une catastrophe »

Mais de cruelles questions d’exploitation viennent ternir cette nouvelle inespérée : « Je suis très inquiet, martèle M.Psiravrilos, car la localisation et l’importance de ce gisement me conduisent à penser qu’on ne pourra pas l’exploiter sans détruire partiellement le Parthenon… Ce miracle est donc peut-être aussi une catastrophe. »

Un ami de l’archéologue, proche du dossier, lui aurait affirmé que le gouvernement était en négociation avec les Etats-Unis, la Chine et le Qatar pour l’exploitation, ce qui aurait retardé l’annonce de la découverte. « J’espère que Total aura son mot à dire, lance M.Psiravrilos, car je pense que les Français seraient les plus respectueux vis-à-vis du site. »

Cette découverte, qui pourrait être un tournant majeur dans la crise qui secoue actuellement la Grèce, sera bien sûr suivie de près par The Parthenon Post dans les prochains jours.

Arthur de BOUTINY

Tags: , , , , , , , , ,

5 Comments

  1. Malheureusement l’état grec ne pourra s’en occuper de suite ,il doit au préalable finir le tunnel reliant Athènes a la Crète

  2. Marine Courtade says:

    bonne boutade

  3. Marine Courtade says:

    très bonne boutade même

  4. Robin Kavelaridis says:

    Chez les Grecs de France, même les plus connus( Nikos Aliagas!!) ont apprécier!!!
    https://twitter.com/nikosofficiel/status/318692554814148608

  5. Pierre Desmarette says:

    Je ris tellement que je n’arrive pas à m’endormir.