CԱltԱre / Λctu

Le « Gallimard grec » ferme sa boutique historique

L’éditeur Hestia a annoncé le week-end dernier qu’il met la clé sous la porte de son unique librairie, plus que centenaire. Le marché du livre en Grèce est en pleine déconfiture.

Un passant trouve porte close devant la librairie Hestia, au 60 rue Solonos, à Athènes. (photo CFJ/JW)

Un passant trouve porte close devant la librairie Hestia, au 60 rue Solonos, à Athènes. (photo CFJ/JW)

« Chers amis, c’est avec tristesse que nous vous informons que, malgré notre volonté, nous devons cesser notre activité. (…) Nous espérons que nous arriverons à vaincre cette crise qui anéantit les entreprises et le pays. »

C’est sur ces quelques mots que l’éditeur grec Hestia a annoncé samedi 30 mars, à ses salariés et à ses clients, qu’il devait fermer sa seule et unique boutique, ouverte depuis 128 ans au 60 Rue Solonos, à Athènes.

Comme de nombreux passants, Anastasia, 56 ans, s’arrête devant la porte – déjà condamnée – du magasin et sa vitrine tapissée de carton. « C’est un crève-cœur. Les habitants du centre-ville avaient l’habitude de venir acheter leurs livres ici… », explique-t-elle, désabusée. Christine Pourret, responsable de la médiathèque de l’Institut Français de Grèce, s’émeut en apprenant la mauvaise nouvelle : « Ce n’est pas rien, on parle quand même du ‘Gallimard grec’. Je vais aller vérifier par moi-même, en espérant que ce n’est qu’un mauvais poisson d’avril. »

Découvreur d’illustres auteurs nationaux, tels que le poète Kostis Palamas, Hestia a aussi traduit d’innombrables œuvres étrangères en grec, comme celles de Kant, Proust, Céline, Kundera ou plus récemment Houellebecq. La maison d’édition poursuit cependant son activité principale et continuera à publier de nouveaux manuscrits.

Sur l'écriteau, l'éditeur explique la raison de cette fermeture :

Sur l’écriteau, l’éditeur explique la raison de cette fermeture. (photo CFJ/JW)

En 2010, la Fnac avait  jeté l’éponge et quitté la péninsule hellénique. Depuis deux ans, le tirage des livres grecs a plongé de 40%. Et en janvier, le Centre National du Livre a fermé, une catastrophe pour la promotion et l’accompagnement des écrivains.

Dans la mythologie grecque, Hestia est la déesse du foyer et du feu sacré. Avec la fermeture de cette librairie, c’est une lumière de plus qui s’éteint au cœur d’Athènes.

Jason WIELS

Tags: , , ,

Comments are closed.