SOCIΞTé

Ça veut dire quoi être Grec aujourd’hui ?

Après cinq années difficiles, les Grecs portent-ils toujours le même regard sur eux-mêmes ? Le meilleur moyen de le savoir, c’est encore de leur poser la question.

Dans un court manifeste intitulé Le destin de la Grèce moderne, rédigé en français, le penseur d’origine grecque Kostas Axelos anticipe de manière assez incroyable les origines de la crise qu’affronte en ce moment le pays : « La Grèce ne fournit certainement pas le prototype d’une nation moderne, mais elle vit toutefois au milieu du monde moderne. Fait-elle seulement comme si elle était moderne ? (…) Et pour s’approprier son être, ne vendra-t-elle pas son âme au diable ? », interrogeait le philosophe en… 1954 !

Pour lui, les Grecs croient savoir qui ils sont, car ils savent d’où ils viennent. Mais ils n’ont pas, selon lui, résolu le plus important des conflits : comment devenir moderne (« puissant, conscient, organisateur et technique ») quand on porte la charge de l’ancien monde, avec une langue si unique, une culture – un « être » – si singulière ? Comme si le virage de l’occidentalisation pris il y a 40 ans ne pouvait pas se faire sans une sévère sortie de route. En tout cas, pas à cette vitesse.

Au-delà des considérations économiques, il y a donc aussi et surtout le sujet de l’identité grecque, qui peut être une clé supplémentaire, et utile, pour comprendre la situation actuelle. Que veut dire, au fond, être Grec, en particulier en ce moment charnière. Des citoyens grecs croisés lors de nos reportages nous ont répondu. Pêle-mêle.

Texte Jason WIELS

Photos : Brieuc CAHOUR

Découvrez  en légende des photos les regards que les Grecs portent sur eux-mêmes

Tags: , , , ,

Comments are closed.