∑conomie

Les clients ont le ticket

De nombreuses réformes mises en place par le gouvernement ont du mal à prouver leur efficacité. Exemple avec le ticket de caisse obligatoire, qui attire l’attention des législateurs. 

Voici le signe désormais obligatoire dans tous les commerces depuis le 1er janvier 2013. (CFJ / A.C.C.)

Voici le panneau obligatoire dans tous les commerces, depuis le 1er janvier 2013 : « Le client n’est pas obligé de payer s’il n’a pas reçu de ticket de caisse (reçu, facture). »                       (photo CFJ/A.C.C.)

A la base, ce n’était qu’un reçu. Celui qu’on fourre discrètement dans sa poche avant de le jeter dans la première poubelle venue. Mais aujourd’hui, le ticket de caisse est devenu une denrée convoitée et conservée précieusement.

Depuis le début de l’année, des écriteaux (en grec et en anglais), placés dans chaque échoppe, incitent les consommateurs à exiger un reçu. Et les commerçants, du restaurant au taxi, à en donner : « Le client n’est pas obligé de payer s’il n’a pas reçu de ticket de caisse (reçu, facture). » La loi, instaurée par le gouvernement en 2012, doit permettre, grâce à l’enregistrement des transactions dans les caisses, de lutter contre la fraude fiscale, qui représente à l’heure actuelle un manque à gagner de 40 milliards d’euros, soit environ 13% du PIB du pays.

Justifier la consommation d’au moins 25% de ses revenus

Mais pourquoi les Grecs se mettraient-ils à accumuler des centaines de tickets, chez eux dans des boîtes ? Rien à voir avec une ticketomanie aiguë : les contribuables doivent désormais justifier a moins 25% de leurs revenus annuels en consommation. Et, pour cela, il faut apporter aux impôts tout ces petits justificatifs qui seront, en théorie, vérifiés par les services concernés. En réalité, seulement 5 % des dossiers, pris au hasard, seront contrôlés. Un travail tout de même faramineux, destiné à lutter contre l’essor du marché noir. Pour Eléni, trentenaire aux cheveux courts, « cela serait un moyen de repérer les Grecs qui vivent au-dessus de leurs moyens. »

Le gouvernement grec a lancé une campagne de chasse à la fraude. (CFJ / A.C.C.)

Le gouvernement grec a lancé une campagne de chasse à la fraude. (photo CFJ/A.C.C.)

Mais ne vous attendez pas à voir les Grecs écumer les magasins à la recherche de commerçants fraudeurs pour s’offrir des services gratuits. Peut-être ont-ils été découragé par l’agression d’un client par un serveur dans le Nord d’Athènes, alors qu’il cherchait à filer à l’anglaise.

Du côté des commerçants, certains ont mis au point une technique subtile pour éviter de payer plein pot leurs impôts. «A partir du deuxième plat, on apporte plus de ticket», avoue Christos, patron d’un restaurant proche du Parthénon. Toujours selon lui, certains de ses fournisseurs refuseraient carrément de fournir un quelconque justificatif.

Anne-Charlotte COSTABADIE

Tags: , , , , , , ,

One Comment

  1. Insolite, imaginez le concept « Le client n’est pas obligé de payer s’il n’a pas reçu de ticket de caisse » en France … Ho ho ho ! Voila des articles que l’on aime bien lire :) Merci